Imprimer
entretien cheminée

Entretien cheminée : nettoyage et ramonage

Publié le 23 juil. 2019

Qu’il s’agisse de qualité de chauffage, de sécurité du logement, ou encore d’esthétique, l’entretien régulier de votre cheminée est un impératif auquel vous devez vous tenir. Mais pas de panique, les actions à mettre en place sont simples et peu onéreuses. Vous pouvez d’ailleurs en réaliser une partie vous-même.

Qu’il s’agisse de qualité de chauffage, de sécurité du logement, ou encore d’esthétique, l’entretien régulier de votre cheminée est un impératif auquel vous devez vous tenir. Mais pas de panique, les actions à mettre en place sont simples et p...

Voir

Le changement du joint de la vitre de l’insert

Si votre cheminée est un insert, elle possède une porte qui se compose d’une armature en métal dans laquelle se glisse la vitre d’insert. Le contour intérieur de cette porte est doté d’un joint tressé en fibres de verre qui permet :

- D’empêcher la fumée de s’échapper de la cheminée, ce qui rendrait irrespirable l’air de votre salon.
- D’empêcher l’air d’entrer dans la cheminée, ce qui engendrerait un appel d’air soufflant sur le bois et les braises et les consumant trop rapidement.

Ce joint supporte de hautes températures durant toute la saison froide, puis sèche complètement durant la période hors chauffe. Le risque est l’apparition de fissures ou d’effilochages dans la tresse qui réduiraient l’étanchéité du joint.

Il est donc tout indiqué de le changer chaque année, avant de remettre en marche la cheminée :

1 - Ôtez l’ancien joint de la vitre de l’insert : il s’enlève facilement en tirant simplement dessus.
2 - Grattez les restes de colle avec une spatule ou un tournevis. Effectuez un deuxième passage à la brosse métallique, tout en prenant garde à ne pas rayer la vitre.
3 - Humidifiez légèrement tout l’emplacement du joint avec une éponge.
4 - Déposez un filet de colle à joint de cheminée sur tout le contour intérieur de la porte. N’utilisez que de la colle spéciale hautes températures (généralement fournie dans la boîte du joint). Une colle non adaptée pourrait dégager des odeurs toxiques ou même s’enflammer !
5 - Posez le joint en l’appliquant bien du bout des doigts. Coupez l’excédent avec une paire de ciseaux.
6 - Fermez la porte d’insert, ce qui va faire pression sur le joint le temps que la colle sèche.
7 - Attendez 24 h avant de lancer le premier feu de cheminée. Effectuez une montée en température progressive la première fois.

Le vidage de la cheminée

Il est important de vider régulièrement la cendre de votre cheminée. Cette périodicité va dépendre de la quantité de bois que vous brûlez (selon la saison), ainsi que de la taille de votre foyer. Dans tous les cas, la cendre dans le foyer étouffe les braises et rend difficile la maîtrise de l’intensité du feu. Pour intervenir, vous pouvez soit attendre que la cheminée refroidisse (environ 24 h), soit vous protéger les mains avec des gants ignifugés.

Le récipient dans lequel vous allez déposer vos cendres doit être adapté à recevoir des matières chaudes. Ne jetez jamais vos cendres, même si vous pensez qu’elles sont froides, dans une poubelle en plastique ni dans les conteneurs publics de votre commune. Nombre d’incendies démarrent ainsi. Vos outils de vidage seront au choix :

- Une balayette pour pousser toute la cendre dans la petite trappe qui mène au tiroir à cendres juste en dessous de la cheminée. Il suffit ensuite de sortir le tiroir et d’aller le vider dans un récipient adapté (un seau en métal, une poubelle en acier…).

- Une petite pelle pour prendre la cendre et la vider dans un seau adapté.

- Un aspirateur à cendres, lui aussi spécifique, car il est capable de supporter la chaleur des braises.

Une fois vos cendres récoltées et refroidies, vous pouvez aller les jeter à la déchetterie, ou vous en servir de complément pour nourrir la terre du jardin.

Le nettoyage de la vitre de l’insert

Le nettoyage d’une cheminée passe aussi par celui de la vitre de son insert. Cette vitre est en effet soumise à l’encrassement en raison des fumées qui émanent des bûches. Si cela n’affecte pas les performances de chauffe, le spectacle des flammes qui dansent en est forcément occulté.

Cela concerne aussi les vitres dotées d’une propriété autonettoyante. En effet, le concept d’auto nettoyage de la vitre ne peut s’opérer qu’à très hautes températures. À la mi-saison, lorsque vous chauffez moins, la vitre autonettoyante s’encrasse comme une vitre ordinaire. Nettoyez toujours votre vitre d’insert lorsqu’elle est refroidie. Vous pouvez utiliser :

- Un produit décapant spécial insert de cheminée (suivez les consignes du fabricant).
- Une astuce de grand-mère : avec du papier journal humidifié, frottez la vitre en exécutant des petits cercles. Avec un peu de patience, cette méthode s’avère très efficace sur les traces de suie récentes. En revanche, pour les marques incrustées, vous devrez utiliser du produit décapant.

Le ramonage de la cheminée

Voici bien l’étape la plus importante en termes de sécurité lors de l’entretien de votre cheminée : le ramonage. Vous devez effectuer au moins deux ramonages annuels :

- L’un en période de chauffe : en plein hiver, vers le mois de janvier ou février, la cheminée doit être refroidie durant 24 h et ramonée afin de débarrasser le conduit des suies encore malléables et non sèches

- L’autre en période hors chauffe : au printemps, lorsque la cheminée ne tourne plus depuis au moins une semaine. Ramonez le conduit pour faire tomber toute la crasse qui a séché le long des parois.

Bon à savoir : si vous utilisez du bois résineux en tant que bois de chauffage (comme du pin ou de l’épicéa), prévoyez un ramonage supplémentaire en période de chauffe. Les résineux encrassent rapidement le conduit et peuvent créer des obstructions empêchant une bonne évacuation de la fumée.

Pour ramoner une cheminée, vous aurez besoin :

- D’un hérisson : des lamelles en inox, nylon ou acier sont regroupées et montées sur des cannes ou une corde.

- D’un grand drap : placé devant la cheminée, il évitera que de la suie volatile ne se propage dans toute la pièce.

- D’un masque : afin de ne pas respirer les poussières volatiles.

Le hérisson

Le hérisson peut être de forme ronde, carrée ou rectangulaire. Le plus souvent rond pour correspondre à la plupart des conduits, il est monté sur des cannes rigides (pour un tube droit) ou flexibles (pour un conduit coudé).

Si le hérisson pend au bout d’une corde avec un poids, c’est qu’il est destiné à être utilisé dans l’autre sens, depuis le toit, ce qui est beaucoup moins sécurisant. Pour ramoner une cheminée, faites passer le hérisson tout le long du conduit. Il faut procéder par étapes de 50 cm sur lesquelles l’on exécute plusieurs allers et retours afin de bien faire tomber toute la suie.

Le certificat de ramonage

La plupart des compagnies d’assurance exigent un certificat de ramonage annuel (parfois deux) afin de vous couvrir contre les incendies dont l’origine proviendrait de la cheminée (renseignez-vous auprès de votre assureur). Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Vous avez donc trois possibilités :

Le certificat n’est pas obligatoire :

- Vous pouvez décider de réaliser le ramonage vous-même ou le faire exécuter par un professionnel.

Le certificat de ramonage est exigé par votre assurance :

- Vous faites appel à un professionnel qui vous délivre le certificat en fin d’opération.
- Vous utilisez une bûche de ramonage avant de procéder vous-même au ramonage mécanique. La bûche de ramonage ramollit la suie pour en faciliter l’extraction. Mais surtout, elle contient un certificat (inclus dans la boîte) qui peut suffire à votre assureur. Contactez ce dernier pour en être sûr et reportez-vous aux conditions mentionnées dans votre contrat habitation.

La finition

Après le ramonage, videz entièrement la cheminée et frottez les parois avec une brosse à poils durs. Si la crasse est incrustée, utilisez une brosse métallique.

Des questions ?

Vous avez des questions concernant l’entretien ou le ramonage de la cheminée ?

N'hésitez pas à nous contacter au 0 806 800 420.

Sauvegarder dans une liste de favoris