Imprimer
arbre fruitier poirier

Choisir et associer des arbres fruitiers

Publié le 21 févr. 2019

Quelle que soit la taille de votre jardin, et même si vous ne disposez que d’un balcon, il est possible de planter des arbres fruitiers. Pour faire votre choix, au-delà des qualités gustatives et de la taille, il faut savoir s’ils sont autofertiles…

Quelle que soit la taille de votre jardin, et même si vous ne disposez que d’un balcon, il est possible de planter des arbres fruitiers. Pour faire votre choix, au-delà des qualités gustatives et de la taille, il faut savoir s’ils sont autofer...

Voir

Distinguer les arbres fruitiers autofertiles et autostériles

La première chose à savoir lorsqu’on envisage de planter un ou des arbres fruitiers, c’est que certains sont autofertiles et d’autres non.

arbre fruitier cerisier

Cerisier Bigarreau Summit

Arbres fruitiers autostériles

Les arbres autostériles, qui représentent la majorité des fruitiers, ont besoin d’être fécondés par le pollen d’un congénère. C’est en particulier le cas de nombreux pommiers, poiriers et cerisiers. Pour obtenir des fruits, vous devrez planter non pas un seul arbre, mais au moins deux, qui se féconderont l’un l’autre. On parle alors de pollinisation croisée.

Pour une pollinisation croisée effective, il faut que les arbres soient distants de 30 m au maximum et que les variétés soient compatibles et fleurissent en même temps.

Pour cela, on se réfère à des tableaux de pollinisation indiquant la compatibilité des variétés entre elles. Voici quelques exemples :

Variétés compatibles avec le pommier 'Mondial Gala' : 'Golden Delicious', 'Granny Smith', 'Starking Delicious', 'Reine des Reinettes'.

Variétés compatibles avec le poirier 'Conférence' : 'Doyenné du Comice', 'Williams', 'Beurré Hardy', 'Louise Bonne'.

Variétés compatibles avec le cerisier 'Cœur de pigeon' : 'Napoléon', 'Reverchon', 'Hâtif de Burlat'.

arbre fruitier abricotier

Abricotier Polonais

Arbres fruitiers autofertiles

Les arbres autofertiles sont fécondés par leur propre pollen. Même si vous en plantez un seul, il sera fécondé et produira des fruits. C’est notamment le cas du pêcher, de l’abricotier et du figuier.

Toutefois, la fructification de ces arbres sera souvent meilleure avec une pollinisation croisée. En pratique, il est donc préférable de planter à proximité du premier arbre un second arbre d’une variété compatible.

Par exemple, le prunier 'Mirabelle de Nancy' est autofertile, mais la fructification sera meilleure avec un prunier compatible dans le voisinage : par exemple 'Mirabelle de Metz', 'Reine Claude dorées' ou 'Quetsche d’Alsace'

Choisir un arbre fruitier pour son jardin

Le climat de votre région et la nature de votre sol sont des paramètres importants dans le choix d’un arbre fruitier, mais il en existe d’autres.

Choisir un arbre fruitier en fonction de son utilisation

La plupart du temps, on plante un arbre fruitier pour récolter des fruits. Selon les variétés, la productivité peut varier, les fruits peuvent être plus ou moins juteux, fondants, parfumés, sucrés… Il vaut donc la peine de s’y intéresser de près. Et, bien entendu, si l’arbre choisi n’est pas autofertile et si aucun arbre pollinisateur compatible n’existe dans le voisinage, il faudra planter deux arbres de variétés compatibles.

Certains arbres fruitiers peuvent être plantés, non pour leurs fruits, mais pour leur aspect décoratif. Leurs fruits sont insignifiants ou non comestibles, mais leur floraison printanière, dans les tons blancs ou roses, est un enchantement. On connaît les célèbres cerisiers du Japon ; il existe aussi des pruniers, des pommiers ou même des pêchers d’ornement. Certains offrent aussi de remarquables couleurs automnales.

Choisir la forme de votre arbre fruitier

Les scions sont des arbrisseaux de 1 an, à former vous-même. Ils sont particulièrement économiques, mais leur formation demande un peu de doigté.

Les autres arbres commercialisés ont déjà subi une taille de formation. On distingue :

Les arbres de haute tige : ils ont un tronc de 1,80 à 2 m et atteignent à l’âge adulte 8 m de haut et autant en envergure. À réserver aux prairies et grands vergers.

Les arbres de demi-tige : ils ont un tronc de 1,20 à 1,50 m et atteignent 5 à 6 m de haut et d’envergure à l’âge adulte. Un escabeau sera nécessaire pour cueillir les fruits.

Les arbres de basse tige, en « gobelet » ou en « quenouille » : ils ont un tronc très court (50 cm) et atteignent une hauteur maximum de 3 à 4 m. Les fruits sont à portée de main pour la cueillette, mais ces arbres occupent par contre une place importante au sol puisque les branches sont basses.

Les arbres formés pour être palissés (en palmette, en cordon, en espalier) : non seulement ces formes sont intéressantes lorsque l’espace est compté, mais elles assurent une grande productivité. En contrepartie, la taille d’entretien est relativement exigeante.

Enfin, pour une terrasse ou un balcon, il existe des fruitiers nains, à cultiver en pot, qui porteront des fruits aussi gros et savoureux qu’une variété standard.

Dans un espace restreint optez pour un pommier ou un poirier à port colonnaire, qui occupe peu de place

Pierre-Adrien
Pommier colonnaire

Obtenir des récoltes abondantes

Si vous voulez obtenir des récoltes abondantes, vous devrez tailler vos arbres régulièrement, veiller à leur bonne santé et attirer les insectes pollinisateurs dans votre jardin.

Une taille régulière des arbres fruitiers

La taille des arbres fruitiers est nécessaire à la fois pour favoriser de bonnes récoltes de fruits et pour limiter le risque de maladies. Elle consiste à supprimer le bois mort, à raccourcir les branches, à favoriser une bonne circulation de l’air ainsi que l’ensoleillement des fruits.

- Les arbres à pépins (pommiers, poiriers, cognassiers) se taillent en hiver.
- Les arbres à noyaux (cerisiers, pêchers, abricotiers) se taillent en fin d'été.

Des arbres fruitiers en bonne santé

Les arbres fruitiers sont sensibles à de nombreuses maladies (cloque, tavelure…) qui endommagent les fruits et compromettent les récoltes à venir.

Pour obtenir de bonnes récoltes, il vous faudra appliquer un programme de traitement préventif : il se fait en automne et en hiver, avec des produits tels que la bouillie bordelaise, le blanc arboricole et des huiles naturelles (paraffine, colza).

Si vous ne voulez pas traiter, ou moins traiter, une autre solution consiste à planter des arbres naturellement résistants aux maladies : certaines variétés de pommiers anciens résistent bien à la tavelure, certaines variétés de pêchers sont peu sensibles à la cloque…

Des insectes pollinisateurs à l’ouvrage

Les insectes pollinisateurs, en particulier les abeilles et les bourdons, assurent le transport du pollen entre les fleurs des arbres fruitiers. Plus ils sont nombreux dans votre jardin, plus les récoltes seront abondantes, allant du simple au double.

Pour favoriser la présence de ces précieux pollinisateurs

- Évitez les traitements chimiques.
- Laissez un carré de jardin en friche.
- Cultivez des plantes mellifères et des plantes aromatiques.
- Installez éventuellement des hôtels à insectes.

Arrêtez en outre tout traitement insecticide des fruitiers pendant la période de leur pleine floraison.

Vous avez d'autres questions sur le choix de vos arbres fruitiers ?

N'hésitez pas à nous contacter au 0 806 800 420.

Sauvegarder dans une liste de favoris