Imprimer
moineaux branche

Comment reconnaître les oiseaux de nos jardins ?

Publié le 30 déc. 2020

Avec le confinement et la baisse du nombre de véhicules, nombre de nos concitoyens ont redécouvert le chant des oiseaux. Et beaucoup ont pris conscience qu’ils ne reconnaissaient pas les volatiles qui les entourent ! Nous vous proposons de découvrir les espèces d’oiseaux les plus courantes et comment progresser en ornithologie, ni vu ni connu !

Avec le confinement et la baisse du nombre de véhicules, nombre de nos concitoyens ont redécouvert le chant des oiseaux. Et beaucoup ont pris conscience qu’ils ne reconnaissaient pas les volatiles qui les entourent ! Nous vous proposons de découvrir

...
Voir

Reconnaître les oiseaux familiers de nos jardins

Attardons-nous sur les races d’oiseaux les plus courantes au jardin : la mésange, le rouge-gorge, le moineau, le merle et l’étourneau sansonnet. Nous rajouterons la sittelle, le grimpereau et le rougequeue noir.

La mésange branche

La mésange.

Les oiseaux présents toute l’année au jardin

• La famille des mésanges : Vous connaissez sans doute la mésange bleue, avec sa tête bleu azur, son joli masque noir et blanc et son corps jaune. Ne la confondez pas avec sa cousine charbonnière, à la tête noire et légèrement plus grande que la bleue. Leur régime alimentaire, composé d’insectes et de graines, est en revanche identique. Il existe aussi des mésanges à longue queue (plus farouches) et nonnette, aux couleurs plus ternes.

• Le rouge-gorge : Immanquable avec sa gorge orange du plus bel effet, le rougegorge familier apprécie les vers et petits insectes des jardins, mais saura savourer les boules de graisse en hiver.

• Les moineaux : Tout le monde identifie le moineau domestique, au plumage marron et gris, aussi audacieux qu’effronté. Il fréquentera volontiers les mangeoires en hiver et les nichoirs prévus pour eux. Cet oiseau des villes a aussi un cousin plus campagnard, le moineau friquet.

• Le merle : Cet oiseau au plumage noir est reconnu pour son chant et son attitude si particulière (sa queue s’abaisse et se relève nerveusement). Son régime insectivore et frugivore le pousse à se précipiter vers les pommes et poires laissées sur les mangeoires.

• La sittelle torchepot : Un corps fauve, une tête gris bleuté et un bandeau noir sur les yeux, la sittelle torchepot est un bel oiseau de la taille d’un moineau, qui adore frayer dans les arbres. Sa particularité ? Elle façonne le trou de son nichoir à sa taille en le maçonnant avec un torchis issu d’un mélange de salive et de boue.

• La tourterelle : A ne pas confondre avec le pigeon, plus pataud, la tourterelle arbore un plumage gris… tourterelle du plus bel effet. La tourterelle turque présente un joli collier noir.

• Le pinson des arbres : Ce granivore coloré (pour le mâle surtout, rouge sur le jabot et calotte gris-bleu) se rencontre autant en ville qu’à la campagne. Il préfère nicher dans un arbre, mais ne dédaigne pas la fréquentation des mangeoires, où il se délecte des graines.

• L’étourneau sansonnet : Élégant mais vorace, l’étourneau sansonnet se pare d’un beau plumage noir à taches brunes. Cet oiseau des villes est surtout reconnu pour former des « nuages » de plusieurs milliers d’individus qui se meuvent gracieusement dans le ciel.

• Le grimpereau : Nous finissons notre tour par le grimpereau, dont la livrée discrète ne peut dissimuler les acrobaties délirantes qu’il s’autorise sur les troncs d’arbres. Vous identifierez également cet oiseau grâce à son long bec, utile pour dénicher les insectes dissimulés dans l’écorce.

La sittelle torchepot

La sittelle torchepot.

Vous observez un oiseau inconnu dans votre jardin ?

Reportez-vous à notre chapitre ci-dessous sur les outils d’identification de l’ornitho amateur : peut-être êtes-vous en train d’admirer une huppe fasciée, un verdier ou le plus rare mais splendide guêpier d’Europe !

mésange noir branche

La mésange noire.

Les oiseaux de passage

Au fil de l’année, les oiseaux en visite dans nos jardins peuvent arriver en hiver (grive mauvis, mésange noire ou huppée) ou au printemps-été (hirondelle rustique, rougequeue noir). Voici une petite présentation de ces 4 dernières espèces.

Hirondelle de cheminée ou rustique : Reconnaissable à sa queue fourchue et sa gorge orange, elle vole aux beaux jours à la recherche de petits insectes. Elle niche dans les granges ou sous les poutres des bâtiments, où vous pouvez fixer des nids artificiels.

Le rougequeue : Il en existe deux espèces : noir et à front blanc. Toutes deux partagent un croupion orange vif (pour les mâles, les femelles sont plus discrètes). Le rougequeue noir est une race d’oiseaux migratrice, présente de mars à octobre dans nos contrées. Il apprécie nicher dans des cabanes semi-ouvertes.

La mésange noire et la mésange huppée : La mésange noire, proche de la mésange charbonnière, s’en distingue par son ventre dénué de jaune. Quant à la mésange huppée, elle possède comme son nom l’indique une jolie houppette sur la tête. Toutes deux se délectent d’insectes et de larves.

Conseil :

ne négligez pas de servir de l’eau en abondance aux oiseaux de passage comme aux autres, et de planter des arbres et arbustes
dont ils se délecteront (aubépine, prunellier, sureau…) ou dans lesquels ils nicheront.

Savoir identifier une espèce d’oiseau aisément

Les critères de détermination les plus courants

L’ornithologue amateur qui souhaite reconnaître le charmant volatile qui parade sous ses yeux devra avant tout se poser quelques questions :

• Quel est son chant ?

• Quelle est son allure ?

• A quelle saison le rencontre-t-on ?

• Quel comportement adopte-t-il ? (plutôt dans les arbres, au sol…)

• Quel est son régime alimentaire ?

S’il est assez simple de déterminer chant et comportement, connaître le régime alimentaire peut poser problème. Sachez qu’un simple coup d’œil sur le bec d’oiseau peut vous aiguiller. Un bec court et puissant indique un granivore (pinson, moineau), tandis qu’un bec long et fin vous orientera vers un insectivore (mésange, rougegorge). Les omnivores comme l’étourneau combinent un bec gros et pointu.

merle neige

Le merle.

Savoir identifier les oiseaux de nos jardins grâce à internet

Pour bien reconnaître les oiseaux de nos jardins, rien de mieux qu’un assistant virtuel !

Le site oisillon.net permet ainsi, grâce à des critères très clairs, d’identifier les oiseaux qui nous entourent.

Même chose avec l’application smartphone gratuite ornithopedia, très pratique quand on se balade dans la nature.

Quant à oiseaux.net, il vous permettra, photos à l’appui, de parfaire vos connaissances en matière d’identification d’oiseaux.

Le site oisillon.net : https://www.oisillon.net/fr/apprendre-reconnaitre-oiseaux-de-jardin

L'application ornithopedia : https://play.google.com/store/apps/details?id=org.ornithopedia.Europe&hl=fr&gl=US

Le site oiseaux.net : https://www.oiseaux.net

Vous avez des questions concernant l’identification d’un oiseau dans votre jardin ?

N’hésitez pas à nous contacter au 0 806 800 420.

Sauvegarder dans une liste de favoris